COMMENT MAÎTRISER L’ART DE RÉUSSIR VOS ENTRETIENS

COMMENT MAÎTRISER L’ART DE RÉUSSIR VOS ENTRETIENS

 

L’entretien de recrutement a perdu ses lettres de noblesses et son professionnalisme. .

Je vais vous expliquer pourquoi

Il fut une époque ou changer de job n’était pas une mince affaire et jamais une décision légère.

Non pas que le français ait jamais été japonais (au Japon on rentre dans une entreprise pour pas mal d’années, voire sa vie entière). Mais les temps ont changé.

Sans rentrer dans des statistiques aussi incertaines que leurs sources, et préférant me fier à mon expérience sur le terrain, je peux affirmer que dans mon domaine ( Finance & IT), les gens restent rarement dans le même poste et la même société plus de 3-4 ans.

On trouvera des record men et women dans les deux sens, mais voila la tendance.

L’une des raisons (il y en a plein d’autres) de ces cycles (de plus en plus) courts, est l’arrivée d’internet, et son impact sur le marché de l’emploi.

Pour rappel, il y a encore 20 ans, pour changer de job, il fallait écrire des centaines de lettres de motivation pour espérer décrocher un entretien. Coté recruteur, à part diffuser ses offres dans la presse ou recourir à la chasse, point de salut.

Trop de choix tue le choix

Aujourd’hui, tout est en libre-service sur le Web.

Les cv thèques se vantent de proposer des candidats par millions. Merveilleux. Mais combien dans ma cible ? réellement en recherche ? intéressés par mon entreprise ? par mes postes?

Les recruteurs passent plus de temps à chercher des candidats « intéressants » (et surtout à essayer de les joindre), qu’à les rencontrer.

Malgré l’illusion de l’abondance, les recruteurs restent en pénurie de talents.

De leur coté, les candidats très demandés passent leur  temps à esquiver les approches harcelantes, et souvent non ciblées, des recruteurs.

Malgré leurs efforts, les entreprises ont une communication plate et se ressemblent. Difficile de faire le tri.

Même quand ils sont « à l’écoute du marché », les « talents » sont comme moi dans un rayon chez Auchan quand je veux acheter un paquet de céréales (je ne sais pas ou donner de la tête tant il y a de choix et je passe souvent au rayon d’à coté sans avoir rien acheté, n’arrivant pas toujours à résoudre cette équation trop complexe).

Autrement dit, ils ont du mal à savoir si l’entreprise qui les contacte est intéressante et dans leur cible.  Parfois, ils s’y rendent « juste pour voir ». Souvent ils se déclarent « pas intéressés » faute d’informations claires et fiables, et ils n’y vont pas du tout.

Partir sans avoir acheté son paquet de céréales n’est pas très grave. Rater une très belle opportunité faute de discernement, ou de moyens pour faire le tri entre les sollicitations pertinentes et les autres, est plus regrettable.

Tout le monde parle de matching. A juste titre. Mais les algorithmes les plus complexes ne remplacent pas le jugement humain.

Trop de choix d’un coté. Pas assez de l’autre…

Le recruteur se voit recentré la majeure partie de son temps sur la fonction sourcing

« Screener » des centaines de cvs chaque jour. Laisser des messages. Envoyer des mails. 80% du temps du recruteur de 2020.

Et l’entretien dans tout cela?

Une entreprise dépense plus d’argent dans les outils de sourcing (job boards, réseaux sociaux, communication corporate et de recrutement, ATS…) que dans la formation de ses recruteurs et managers aux techniques d’entretien. Ils apprennent le plus souvent sur le tas.

Je ne blâme personne. Je plains plutôt tous ces néo-recruteurs qui passent à coté de la vraie beauté de ce métier qui est surtout d’explorer la personnalité d’un être humain pour pronostiquer sa réussite (ou pas) dans un nouveau contexte professionnel.

De plus, à devoir recruter à tout prix, on en oublie les vraies aspirations des candidats. Et du même coup, la pérennité de son entreprise et ses chances de développement. Un salarié mal recruté sera peu satisfait, manquera d’enthousiasme, sera moyennement performant, et certainement pas fidèle à son entreprise.

Heureusement les bons managers et les bons recruteurs parviennent souvent à compenser ce manque de techniques par beaucoup d’intuition et l’expérience. Ils savent que les erreurs de recrutement coûtent cher, en temps et en argent.

Toujours est-il que les accompagner dans l’art de maîtriser leurs entretiens de recrutement et d’évaluation ne sera jamais un luxe.

les candidats prisés ne se préparent plus aux entretiens

Les talents très demandés, qui n’ont que l’embarras du choix, ne voient que rarement l’intérêt de préparer convenablement et avec méthode leurs entretiens (« au pire j’irais voir ailleurs, ce ne sont pas les opportunités qui manquent »).

Je suis surpris par ce manque général de préparation qui fait le plus souvent place à un comportement opportuniste de personnes tout à fait compétentes, matures et valables par ailleurs.

C’est dommage. D’abord parce qu’elles y gagneraient énormément en connaissance de soi, ce qui est déjà riche et utile en tant que tel. Ensuite, parce que cela leur éviterait souvent de se tromper de voie, de poste, d’entreprise.

Egalement parce qu’elles perdraient moins de temps en entretiens inutiles.

Pire encore, cela leur éviterait de laisser passer parfois de réelles opportunités si elles se posaient au préalable les bonnes questions sur leur projet professionnel, aptitudes, limites, et véritables aspirations.

Il y a des techniques pour réussir tous ses entretiens

Il y a d’autres techniques pour ne pas passer que des entretiens utiles, plutôt que d’y aller au petit bonheur la chance.

Que vous soyez candidat, recruteur, commercial, manager ou dirigeant, je vais vous proposer dans cette rubrique différents champs de réflexion et des techniques, pour vous aider à mieux recruter ou mieux vous faire recruter.

Je vais commencer par l’entretien coté recruteur / manager.

A dire vrai, si vous êtes plutôt en position de « candidat », cela vous servira aussi, car si vous avez à l’esprit les objectifs et techniques d’entretiens du recruteur, vous n’en serez que mieux armés pour être performant en tant que postulant.

Il existe des centaines d’ouvrages et de conseils sur ce thème. Inutile d’en écrire un autre.

Je préfère vous résumer mon favori, même s’il date un peu, partie après partie, en y apportant quelques touches personnelles.

Il s’agit de (lien affilié) L’art de mener un entretien de recrutement de Jean-Pierre Doury  

Si vous avez du temps je vous conseille de le commander ici ou ailleurs.

Si vous manquez de temps et que vous êtes intéressé par ce sujet, inscrivez-vous à ma Newsletter pour ne pas rater mes  articles à venir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *